L’actualité France Invest
Etudes

13 juillet 2018
Catégorie : Etudes

Les ETI anticipent une très bonne année 2018

Bpifrance et la Direction Générale des entreprises publient cette semaine leur 8ème enquête de conjoncture sur les ETI. Celles-ci espèrent une très bonne année 2018 en termes d’activité, d’emploi et d’investissement, malgré le ralentissement de la croissance observée au 1er trimestre et le repli des indicateurs conjoncturels au 2e trimestre. Les indicateurs prévisionnels sont à leur meilleur niveau. Cet optimisme est tiré par une demande qui devrait continuer de se renforcer et une situation financière solide.

13 juillet 2018
Catégorie : Etudes

Ralentissement du recul des défaillances d’entreprises

La société Altares présente son étude trimestrielle sur les défaillances et sauvegardes d’entreprises du 2ème trimestre 2018. Alors que le nombre de défaillances d’entreprises étaient en baisse depuis 2016, le 1er trimestre 2018 s’inscrivait dans la même dynamique. Le ralentissement du début d’année s’est fait sentir, et le baisse du nombre de défaillances d’entreprises a ralenti sur un an au 2ème trimestre 2018. Le nombre de défaillances sur un an atteint le même niveau qu’en 2008.

06 juillet 2018
Catégorie : Etudes

Commerce international : quelle stratégie pour l’Union Européenne ?

Dans une note publiée cette semaine, le Conseil d’Analyse Économique (CAE) revient sur l’impact des mesures prises par les États-Unis sur le commerce international, et ils s’interrogent sur la stratégie à adopter par l’Union Européenne. Selon les auteurs, une guerre commerciale mondiale ne peut plus être exclue et aurait pour effet une baisse permanente d’environ 3,3 % de PIB soit plus de 1 125 euros par an par habitant en France. L’impact serait comparable à celui de la grande récession de 2008‐2009. Ils en concluent que la stratégie européenne doit être d’abord de défendre le multilatéralisme qui passe par des mesures de rétorsion proportionnées mais aussi par une offre de négociation sur les sujets légitimes. Il s’agit aussi de donner une nouvelle dimension aux accords commerciaux. Ceux‐ci peuvent être interprétés comme une « police d’assurance » en cas de guerre commerciale et doivent mieux répondre aux préoccupations liées à l’ouverture des échanges, tout particulièrement dans le domaine fiscal et environnemental.

06 juillet 2018
Catégorie : Etudes

L’épargne réglementée des ménages croît significativement en 2017

L’Observatoire de l’Épargne Réglementée a publié fin juin, son rapport annuel pour l’année 2017. Le rôle de l’Observatoire est de suivre l’évolution des instruments d’épargne réglementée, étudier l’emploi des fonds en faveur du logement social, de la politique de la ville et des PME. À fin 2017, l’épargne réglementée des ménages s’élève à 733 milliards d’euros, soit 14,6% de leur patrimoine financier total (5 014 milliards d’euros). En France, 71 % de l’épargne est placée, directement ou indirectement, en produits de taux (principalement dépôts, livrets bancaires, obligations), contre 39 % aux États-Unis. Le solde est investi, directement ou indirectement, en produits de fonds propres (actions essentiellement). Le patrimoine financier des ménages (placements finaux) s’internationalise : la part des actifs étrangers (autres pays de la zone euro inclus) monte de 29 % en 2000 à 43 % en 2017, et elle triple en valeur.

06 juillet 2018
Catégorie : Etudes

Les principaux groupes français renouent avec la croissance en 2017

Après des résultats semestriels très encourageants, les 80 plus grands groupes industriels et commerciaux français confirment leur vitalité avec une croissance de 5,3% de leur chiffre d’affaires sur l’exercice 2017. Profitant de leur exposition mondiale, ces groupes affichent une croissance organique très robuste (+ 5,8 points de contribution à la croissance du chiffre d’affaires). La croissance externe apporte un supplément (+ 1,7 point) contrebalancé par des effets de change et autres variations négatifs (– 2,2 points), conséquences de la dépréciation du dollar par rapport à l’euro. Cette progression du chiffre d’affaires a constitué la source d’une croissance rentable : l'EBITDA1 progresse de 7,2% sur un an et le résultat net augmente de près d’un tiers (+ 29,2%). Ces bons résultats permettent un renforcement de la trésorerie et des capitaux propres des grands groupes (respectivement + 5,7% et + 2,3%).

29 juin 2018
Catégorie : Etudes

Les enjeux des blockchains

France Stratégie publie cette semaine une note sur les enjeux des blockchains. Après un rappel du fonctionnement et des origines des blockchains, le rapport s’intéresse à ses champs d’application. Deux sont identifiés : les projets dits « notariaux » liés à la tenue d’un registre partagé, et les projets couplant dimension transactionnelle et monde physique. Selon les auteurs, tous les secteurs d’activité pourraient être impactés par les blockchains. Les limites observées ont trait aux failles de sécurité, aux problèmes techniques (vitesse, débit) à la confidentialité, ou encore au passage à une utilisation beaucoup plus généralisée. Du côté des pouvoirs publics, les choix sont difficiles à effectuer. L’idée d’une intervention est croissante mais elle est prise en étau entre le souhait de ne pas rater cette évolution technologique majeure qu’il faut soutenir, et un grand besoin de régulation pour protéger investisseurs et consommateurs. Le rapport se termine par 7 recommandations qui peuvent se résumer ainsi : soutien au développement de la technologie des blockchains, régulation, transformation des pouvoirs publics pour s’adapter aux enjeux des blockchains.

29 juin 2018
Catégorie : Etudes

Risques et opportunités du Brexit pour la finance

Dans une note du Conseil d’Analyse Économique, deux auteurs s’intéressent à l’impact du Brexit sur le monde de la finance. Le principal enjeu du Brexit tient à ses conséquences sur la stabilité et la fragmentation financière en zone euro. Par ailleurs, la concurrence est vive entre places financières continentales pour attirer des entreprises du secteur. Les auteurs considèrent que le Brexit pourrait entraîner une divergence réglementaire ainsi qu’une perte de contrôle pour les autorités européennes, particulièrement préjudiciable dans le domaine de la compensation de certains produits dérivés pour lesquels Londres détient un quasi-monopole. Quant à la concurrence entre places financières européennes, ils notent que si Paris fait jeu égal avec Francfort aujourd’hui dans la finance, la situation est moins flatteuse pour les filiales d’entreprises étrangères qui sont nettement moins nombreuses à Paris. Les calculs économétriques montrent que les choix de localisation de filiales étrangères dans la finance sont cumulatifs et qu’ils sont sensibles à la taille de la région, aux infrastructures, à la réglementation du travail et à l’instabilité fiscale. À partir des constats posés, les auteurs recommandent de mettre la priorité sur le chantier du CDG express et, dans le cadre de la réforme des retraites à venir, de reconsidérer les plafonds de l’assurance-retraite..

29 juin 2018
Catégorie : Etudes

Le moral des dirigeants de PME-ETI est au plus haut

Le dernier baromètre de l’Observatoire Banque Palatine des PME-ETI montre que la confiance des dirigeants d’entreprises est au plus haut en juin 2018. À 88 % (+ 1 %), l’optimisme des entrepreneurs pour l’économie française progresse de nouveau et égale sa meilleure performance historique. C’est 3 % de mieux qu’en juin 2017. Cette confiance se retrouve dans les investissements des entreprises qui sont en net rebond et atteignent un niveau historique. Les prévisions de croissance sont également très élevées, puisque seuls 7% des dirigeants (-2% par rapport au mois dernier) prévoit une baisse de leur CA. Enfin, l’emploi se stabilise à un niveau historiquement élevé. 25 % des ETI (- 1 %) pensent augmenter le nombre de leurs salariés au cours des 6 prochains mois et seulement 4 % (stable à un plus bas historique) envisagent des réductions d’effectifs. Cela permet au solde d’emploi (prévisions d’embauches – réductions d’effectif) de s’établir à 21 %, sa 3 e meilleure performance depuis 2011.

22 juin 2018
Catégorie : Etudes

Légère baisse des marges des entreprises en 2018

L’INSEE a publié cette semaine une note de conjoncture sur l’état de l’économie française. Si l’institut constate bien une légère contraction de l’activité au début de l’année 2018, il n’en conclut néanmoins pas à un retournement de cycle, et il faut s’attendre à une reprise notamment de la production au cours du second semestre. Pour les entreprises, l’INSEE note qu’après la hausse des marges en 2017 (32%, contre 31,8% en 2016), celle-ci pourrait baisser à 31,7% à la fin de l’année. Plusieurs raisons à cela : les effets de la croissance des salaires réels et de la hausse des prix de l’énergie dans les termes de l’échange l’emporteraient sur ceux des gains de productivité et de la hausse du taux du CICE sur les revenus de 2017. En effet, les résultats des travaux de l’INSEE ne suggèrent pas d’effet majeur des grèves dans les transports sur la croissance du PIB (au plus, 0,1% du PIB).

22 juin 2018
Catégorie : Etudes

Contrairement à ce que laissent penser les enquêtes internationales, l’économie française serait beaucoup plus haute dans le cycle économique

Dans la lettre Trésor-Éco n° 223, le Trésor s’interroge sur l’interprétation des enquêtes de conjoncture économique, et en en quoi ces dernières nous renseignent sur la position de l’économie dans le cycle. C’est une donnée majeure puisque c’est elle qui permet la conduite de la politique économique. Elle peut être mesurée par l’output gap, c’est-à-dire la différence entre le niveau du PIB actuel et le niveau du PIB potentiel. Alors que l’ensemble des enquêtes nationales et internationales tendent à laisser penser que l’écart de production demeurerait en moyenne négatif dans les grandes économies européennes. Le Trésor a développé un nouvel outil permettant de mesurer la position de l’économie dans le cycle, et celui-ci indique qu’au regard des tensions sur l’appareil productif en Allemagne, en France et en Espagne, les positions de ces économies dans le cycle seraient plus avancées que ne l'estiment les organismes internationaux. Cet outil servira à élargir le spectre des outils permettant d'appréhender la position dans le cycle des économies, et devrait rendre plus robuste l’analyse des enquêtes de conjoncture.