Création de valeur dans les PME et ETI françaises en 2019

Création de valeur dans les PME et ETI françaises en 2019

5ème édition

Dans les PME et ETI françaises accompagnées par des fonds d’investissement, la création de valeur provient essentiellement de la croissance du chiffre d’affaires

France Invest (Association des Investisseurs pour la Croissance) et EY présentent aujourd’hui la 6ème édition de l’étude qui explique comment se crée la valeur dans les PME et ETI françaises accompagnées dans leur transformation par des fonds de capital-investissement.

« La création de valeur au sein des PME et ETI accompagnées par les fonds d’investissement provient essentiellement du dynamisme de la croissance du chiffre d’affaires. Contrairement à une idée reçue, le désendettement ne contribue qu’à hauteur de 2% à la création de valeur. Ces résultats soulignent l’impact de l’accompagnement des fonds, aux côtés des dirigeants d’entreprises, sur la croissance organique et externe, l’investissement, la R&D et in fine la création d’emplois. », déclare Dominique Gaillard, Président de France Invest.

« L’étude est représentative, car les nombreuses interviews ont permis de fiabiliser les chiffres sur 72 % des transactions concernées en France (groupes réalisant entre 20 et 500 m€ de chiffre d’affaires). La croissance des résultats est restée le premier élément contributif de la création de valeur sur tous les millésimes de l’étude (2012 à 2019). L’effet lié à la hausse des multiples de valorisation est globalement moindre et joue davantage un rôle sur les sociétés plus petites, car elles gagnent rapidement en visibilité sur leurs marchés grâce à la croissance d’activité générée. » détaille Laurent Majubert, associé conseil en transactions chez EY.

L’étude analyse les composantes de la création de valeur dans les PME et ETI françaises qui ont bénéficié de l’apport de capitaux propres de la part de fonds de capital-transmission (opérations de type LBO, Leverage Buy-Out), membres de France Invest, actionnaires majoritaires ou disposant a minima d’une minorité de blocage, et qui ont vendu leurs titres en totalité entre 2012 et 2019.