Interview de Laetitia Bourcereau, formatrice et coach en entreprise, TBL Coaching et formation et de Géraldine Dupont-Calvier, formatrice et coach, GDC Coaching conseil formation

“Les soft skills sont aujourd’hui au cœur de la capacité de réinvention de l’entreprise.”

Laetitia Bourcereau, formatrice et coach en entreprise, TBL Coaching et formation.

🔸Les soft-skills ont le vent en poupe. Dans l’environnement incertain, changeant et hybride que nous connaissons, l’adaptation est souvent présentée comme plus importante que les compétences techniques. Dans ce contexte de travail hybride, les soft skills ne seraient-ils pas devenus de vraies compétences différenciantes ?

Géraldine : Les soft-skills sont aujourd’hui au cœur de la capacité de réinvention de l’entreprise. A l’heure où les entreprises accélèrent, elles attendent de leur collaborateurs une adaptation mais aussi une capacité à communiquer avec virtuosité sur tout type de support et en tout lieu, une capacité à se mobiliser avec autonomie et responsabilité, une capacité à rester visible et à valoriser ses projets et enfin, une capacité à innover quand le confinement nous contraignait à être d’abord efficace. On peut même dire aujourd’hui qu’on observe l’arrivée des madskills !

Laetitia : Dans le Capital-investissement, tous les collaborateurs ont des bagages solides et reconnus en matière de Hard skills (Études et savoir faite). Pourtant le client choisira toujours la personne qui aura compris comment elle fonctionne et de quoi elle a besoin, celle avec qui elle se sentira en confiance. Il s’agit de soft skills. C’est grâce à eux que le client vous choisira et c’est ce qui fera votre vraie force et la différence !

Géraldine Dupont-Calvier, formatrice et coach, GDC Coaching conseil formation.

🔸La crise a permis une nouvelle approche du travail, glissant vers le travail hybride. Comment les employeurs s’y sont adaptés ? Quels sont les nouveaux besoins des collaborateurs et comment les équipes managériales les accompagnent elles ?

Géraldine : C’est un sujet qui occupe aujourd’hui managers et RRH. Les managers, comme pendant les confinements, sont à la manœuvre. Ils doivent, comme hier, rester vigilants quant au pilotage de l’activité mais aussi au bien-être des équipes. Il leur faut aujourd’hui accompagner les équipes hybrides vers un retour au présentiel :  le réenchanter, repenser l’espace de travail pour favoriser le collectif et la convivialité et donner envie à chacun de revenir travailler ensemble.

Laetitia : Les collaborateurs ont eu du mal à partir en période de Covid. Aujourd’hui ils ont trouvé leur marque en distanciel et ont du mal à revenir.

🔸Vos formations ont été conçues sur mesure pour les professionnels du capital-investissement : quelles sont leurs attentes spécifiques ? Quelles sont les attentes de la nouvelle génération ?  Et comment accompagner la montée en compétences des collaborateurs ?

Géraldine : Les softskills sont au cœur de ce challenge : renforcer ses softskills pour mieux communiquer, mieux accompagner, mieux manager et renforcer ainsi le collectif au service des objectifs. Les nouvelles générations Y et Z, les études le montrent, ont des attentes similaires. Il s’agit aujourd’hui de former les managers pour qu’ils remobilisent, qu’ils motivent. La question devient : comment puiser dans le collectif l’expertise et monter en compétences ? Comment donner du sens à l’action de chacun et de tous ? Comment autonomiser toujours plus les équipes ?

Laetitia : Les nouvelles générations ont de nouvelles attentes : travailler oui mais dans le respect de l’équilibre vie pro vie perso et dans le respect de leurs valeurs. Ils ne restent pourtant pas moins engagés mais ont des fonctionnements différents.  Les manager demande de développer de nouvelles skills pour adopter la Posture du manager coach.

🔸En tant que Coach certifiée, quels sont les outils du coaching utilisables en situation professionnelle par les « managers coachs » ?

Géraldine : A l’heure où les collaborateurs sont inquiets, un premier outil consiste à donner un cadre rassurant, à mettre en place un process d’accompagnement du collaborateur, régulier, cadré et clair, comme le fait le coach en séance. Un second outil pourrait concerner la capacité à générer de la confiance relationnelle, cela passe par des interrelations où l’écoute, la proximité et la disponibilité sont centrales. En coaching, la personne accompagnée doit sentir du soutien de la part de son coach. Enfin, l’outil coach qui consiste à « orienter Solution » son client pour lui faire percevoir les opportunités face aux difficultés me semble être un outil transposable à la situation managériale qui permettrait à ces derniers d’accompagner leur Equipe vers plus d’autonomie et d’innovation.

Laetitia : Plusieurs outils efficaces existent : la cartographie de l’équipe, les leviers de motivation, le plan d’action, le questionnement du coach, la collaboration, sortir du management descendant et co-constriure, le codeveloppement, autonomie, plan de développement des compétences