Armor

Armor

Racheter une entreprise familiale

Découvrez les témoignages de dirigeants d’entreprises familiales qui ont ouvert une part minoritaire de leur capital à des fonds d’investissement. Pourquoi ont-ils franchi le pas ? Quels étaient leurs a priori sur les actionnaires financiers ? Comment vivent-ils aujourd’hui cette relation ? Perte de contrôle, perte de l’histoire familiale, niveau d’endettement élevé, densité des reportings, incertitude quant à la sortie des fonds, … Qu’en est-il réellement ? De toutes les régions de France, ils témoignent dans la série : Entreprises familiales, questions de fonds.

Investir pour tracer son développement

 

Hubert de Boisredon, PDG d’Armor, a racheté avec l’aide de fonds d’investissement une entreprise familiale et aujourd’hui le management et les salariés possèdent 75% du capital. Avant de s’engager dans cette aventure le dirigeant a rencontré une quarantaine de fonds d’investissement. « Nous voulions des partenaires qui croient à notre projet industriel et d’innovation sur le long terme, qui adhérent à notre vision et à nos valeurs, dans une relation de confiance mutuelle. » En prévision de la sortie du fonds, la valeur de l’entreprise a été fixée d’avance, « Plus on est précis sur la sortie, plus le coexistence fonds – management se passe bien. »  Le fonds est venu en complément d’une dette bancaire et des apports personnels des managers. Trouver le bon équilibre dette – capital est important.

load

Connectez-vous à votre espace

Mot de passe oublié ?