Les PME préfèrent le financement alternatif

Les PME préfèrent le financement alternatif

Veille économique

Les PME délaissent le crédit bancaire au profit des instruments de financement alternatif

L’OCDE dévoile cette semaine la huitième édition de son rapport sur le financement des PME et entrepreneurs. Le constat est à la montée en puissance des financements alternatifs, tandis que les prêts bancaires aux PME ont progressé moins vite que prévu.

Bien que les taux d’intérêt soient favorables (baisse de 0,10 point du taux d’intérêt médian pour la septième année consécutive), le taux de croissance médian des nouveaux prêts a crû de seulement +0,4% en 2017 après -4,8% en 2016. Le crédit interentreprises et le financement participatif en fonds propres connaissent quant à eux une forte augmentation en 2017, plus particulièrement au sein des pays où les marchés sont peu développés. Avec 84,5% des parts du marché en volume, la Chine demeure leader du financement alternatif en ligne. Elle est suivie par les Etats-Unis et le Royaume-Uni qui représentent respectivement 7,6% et 4,1% du marché.

L’OCDE souligne de plus l’augmentation soutenue des investissements de capital-risque avec un taux de croissance médian de 15,7% en 2017 (contre 17,3% l’année précédente). Le nombre d’introductions en Bourse de PME s’est accru de plus de 13% tandis que leur capitalisation boursière totale est en hausse de 16,7%. Comme le rappelle le rapport, les PME et les entrepreneurs ont une place prépondérante au sein des économies de l’OCDE en regroupant 60% de l’emploi total et 50% à 60% de la création de valeur ajoutée. C’est pourquoi leur financement constitue un enjeu essentiel pour l’économie des pays, notamment dans le contexte actuel de transition numérique. L’OCDE salue à ce titre les efforts continus des Etats visant à faciliter l’accès des PME au financement et passant par exemple par l’adoption de mesures favorables au développement du secteur Fintech.

En savoir plus