Veille économique

Veille économique

Veille économique

127 milliards d’euros ont été levés par les fonds de private equity dans le monde au 3ème trimestre 2020


Selon les données préliminaires de l’institut d’études Preqin, 127 milliards de dollars ont été levés au troisième trimestre 2020 par les fonds de capital-investissement ayant atteint le stade du closing final dans le monde. Cette collecte totale, bien qu’en deçà des montants trimestriels levés en 2019, est en hausse par rapport à celle du second trimestre 2020 (116 milliards d’euros recolletés). Par ailleurs, si les montants levés par le marché du capital-investissement sont repartis à la hausse au troisième trimestre, le nombre de fonds ayant terminé leur phase de commercialisation connait pour sa part une érosion significative. Ainsi, seuls 237 véhicules ont réalisé leur closing final entre début juillet et fin septembre 2020, soit le plus faible total depuis 2015. De fait, la tendance à la concentration toujours plus accrue du capital se confirme, la taille moyenne des fonds poursuivant sa progression pour atteindre 536 millions de dollars. Il est également à noter que l’Amérique du Nord demeure la principale cible géographique de la levée de capitaux en nombre (141 véhicules soit 60% de la collecte totale), tandis que les 33 véhicules dédiés aux investissements eu Europe concentrent la plus grosse part de la collecte mondiale en montant (45%) avec 57 milliards de dollars.

En savoir plus

 

 

En dépit de meilleures perspectives pour 2020, la reprise économique mondiale sera longue et difficile


Le FMI dévoile cette semaine ses dernières perspectives économiques mondiales, qui s’avèrent être légèrement révisées à la hausse par rapport à celles publiées en juin dernier. Est désormais envisagée une contraction du PIB mondial de 4,4% en 2020 contre -5,2% annoncé précédemment. Cette correction s’explique par des résultats moins désastreux que prévus au deuxième trimestre, et ce notamment dans les pays avancés, où l’activité a commencé à reprendre de la vigueur plus tôt qu’escompté, après l’assouplissement en mai et juin des mesures de confinement. L’institution leur prédit de fait un recul d’activité de 5,8% et non plus de 8,1%. En Europe, l’Espagne et l’Italie enregistreraient les contractions de PIB les plus significatives en 2020 avec respectivement -12,8% et -10,6% tandis que la France voit sa prévision réhaussée de 2,7 points de pourcentage à -9,8%. Les perspectives des pays émergents et en développement se sont quant à elles détériorées (-3,3%), à l’exception de la Chine dont l’économie devrait croître d’environ 10 % sur 2020 et 2021. Le FMI, qui prévoit par ailleurs une reprise économique longue et difficile, estime la croissance mondiale à 5,2% en 2021, soit un peu moins que dans les prévisions de juin, en raison du recul plus modéré attendu pour 2020 et à supposer que les mesures de distanciation sociale perdurent.

En savoir plus

 

 

Au 3ème trimestre 2020, le PIB français devrait augmenter d’environ 16 % par rapport au trimestre précédent


La Banque de France publie son dernier point sur la conjoncture française à fin septembre 2020. En s’appuyant sur les données récoltées auprès de 8 500 entreprises, l’institution estime que la perte de PIB par rapport au niveau d’avant crise s’établirait à -5%, soit un niveau similaire à celui du mois août. Est par ailleurs maintenue la prévision d’une hausse de l’activité économique de 16% au troisième trimestre 2020, après une chute de 13,8% au second trimestre. Le taux d’utilisation des capacités de production connait quant à lui un léger repli en septembre et s’affiche à 73% en moyenne après 75% en août et 79% avant la crise. Il est en hausse dans l’industrie chimique mais se contracte significativement dans le secteur de l’aéronautique et des autres transports. Les chefs d’entreprise interrogés anticipent un niveau d’activité globalement stable pour le mois d’octobre, avec cependant une forte hétérogénéité entre les secteurs. Selon eux, l’activité progresserait dans l’industrie automobile et dans le secteur de l’aéronautique et des autres transports. En revanche, elle serait en repli dans l’hébergement, alors qu’elle se situe déjà à un niveau dégradé dans ce secteur.

En savoir plus

Découvrir également