Économique et statistique

Économique et statistique

Veille

 

 

En 2021, la France devient le 11ème pays le plus innovant au monde


L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) publie la 14ème édition de l’Indice mondial de l’innovation. Calculé sur la base de 80 indicateurs répartis en 2 catégories, celles des inputs (ressources humaine, infrastructures, R&D) et des outputs (créativité, connaissance et technologie), cet indice vise à capturer l’aspect multidimensionnel de l’innovation. En 2021, la France poursuit son ascension et atteint le 11ème rang mondial des pays les plus innovants, après la 16ème place en 2019 et la 12ème en 2020. Sur les 132 pays classés, elle se démarque notamment en termes de créativité, arrivant au 6ème rang soit une augmentation de 7 places sur un an. Cette forte progression s’explique en partie par de très bons résultats sur les actifs immatériels : la France gagne en effet 13 places en matière de dépôts de dessins industriels et décroche ainsi la 8ème position, ce qui traduit une dynamique d’innovation très importante au sein du tissu scientifique et industriel. L’Hexagone bénéfice par ailleurs d’une activité vigoureuse en capital-risque (9ème rang) et de nombreux talents dans les secteurs innovants (13ème rang). L’OMPI souligne enfin que la France s’est également démarquée lors la pandémie de Covid-19, période durant laquelle les entreprises nationales ont été largement protégées, ce qui leur a permis d’accroître leurs investissements dans l’innovation et l’entreprenariat en dépit du contexte difficile.

Plus d'information

 

 

Les start-up françaises du numérique poursuivent leur croissance en 2020


EY et France Digitale dévoilent les résultats de la 10ème édition du baromètre de la performance économique et sociale des start-up du numérique en France. Ces dernières ont fait preuve de résilience face à la crise sanitaire et enregistrent une croissance de leur chiffre d’affaires de 15 % par rapport à 2019. Sur les 7 milliards d’euros de revenus enregistrés, 36 % ont été générés à l’étranger, soit une proportion en légère augmentation sur un an (34 % en 2019). Le recrutement reste également dynamique, le nombre de talents employés par les start-up du numérique enregistrant une progression de 13 % sur un an pour atteindre 42 137 en 2020. L’étude précise par ailleurs que parmi les 4 897 emplois nouvellement créés, 77% sont basés en France. Si la parité hommes/femmes s’est améliorée avec 43 % de femmes salariées (contre 36 % dans l’édition précédente), seuls 11% des dirigeants interrogés sont des femmes (contre 10 %). Enfin, il apparait que la difficulté à recruter (évoquée à 64 %) demeure l’un des principaux défis au développement de ces entreprises. Elle est suivie par la difficulté à contracter avec de grandes entreprises (49 %) et le coût du travail (36 %). En dépit de ces obstacles, les start-up se montrent très optimistes, une majorité d’entre elles tablant sur une croissance de leurs revenus comprise entre 26 % et 50 % pour l’année 2021.

Plus d'information

 

 

Les dirigeants d’entreprise anticipent une croissance soutenue sur les 3 prochaines années


Selon la 7ème édition de l’étude annuelle de KPMG « CEO Outlook » menée au cours de l’été 2021, les dirigeants internationaux renouent avec leur niveau de confiance pré-pandémie et anticipent une croissance soutenue sur les 3 prochaines années. En dépit du variant delta et de la volatilité de l’environnement, 60 % des répondants se déclarent ainsi confiants dans les perspectives de l’économie mondiale, ce qui représente une hausse de 18 points par rapport au début de l’année 2021. Par ailleurs, les fusions-acquisitions, les alliances stratégiques et les coentreprises sont identifiées comme les principaux leviers de croissance des entreprises pour les 3 années à venir par plus de la moitié des dirigeants interrogés. Ces stratégies auraient notamment pour objectif de développer les capacités digitales des entreprises. La crise économique et sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 semble également avoir renforcé l’attention des CEO sur la composante sociale des programme ESG pour 81 % des dirigeants mondiaux tandis que 30 % d’entre eux prévoient d’investir plus de 10 % des revenus de leur entreprise dans la transformation vers un modèle plus durable.

Plus d'information