Baromètre mixité dans le capital-investissement en 2017

Baromètre mixité dans le capital-investissement en 2017

8ème édition

LinkedIn

En 2017, 22% de femmes dans les équipes d’investissement : un chiffre stable avec des évolutions encourageantes

Pour la 8e année consécutive, Deloitte et France Invest (Association des Investisseurs pour la Croissance) publient les résultats de leur étude « Invest avec Elles ». S’appuyant sur les réponses de 110 membres actifs de France Invest, celle-ci dresse un panorama représentatif de la mixité dans le capital investissement en France. 

Télécharger le communiqué de presse Télécharger l'étude

Principaux enseignements de l’étude 2017 :

  • Les femmes représentent 39 % des effectifs dans le capital investissement en 2017, soit une stabilité par rapport à 2016 (-1 %).
  • Le pourcentage de femmes au sein des équipes d’investissement s’élève à 22 %, mais présente une forte disparité selon les grades.
  • En 2017, 26 % des promotions au sein des équipes d’investissement ont été obtenues par des femmes, tous grades confondus, soit 6 points de plus qu’en 2016.
  • Les femmes représentent 29 % des recrutements effectués au sein des équipes d’investissement, un chiffre en hausse quel que soit le grade.
  • 56 % des sociétés de gestion annoncent un objectif de mixité au sein de leurs équipes d’investissement, soit une hausse de 5 points par rapport à 2016.
  • Pour 82 % des personnes interrogées, la mixité dans les équipes de gestion a des effets positifs.

 

La proportion de femmes au sein des équipes d’investissement reste globalement stable

« Si la proportion de femmes au sein des équipes d’investissement demeure quasi stable à 22 %, certains signaux dans la composition et la constitution des équipes apparaissent très positifs. Ainsi, pour la première fois depuis 2010, les femmes représentent près d’1/3 de l’effectif des Chargés d’affaires/Analystes. Les tendances observées au niveau des recrutements et des promotions sont également très encourageantes, commente Frédérique Lévêque-Chenevoy, Associée M&A Transactions Services chez Deloitte.

Les promotions des collaboratrices au sein des équipes d’investissement sont en effet dynamiques, puisque le taux de promotion s’élève à 11 % (contre 10 % chez les hommes et 10 % en 2016).

Il existe toutefois encore une forte disparité selon les grades, avec seulement 22 % de directrices de participations.

 

Le recrutement privilégie majoritairement la mixité

La proportion des femmes dans le recrutement des équipements d’investissement pèse chaque année un peu plus. Ainsi, en 2017, elle s’élevait à 29 %, soit 5 points de plus que l’année précédente. Surtout, cette tendance s’observe sur l’ensemble des grades.

À compétences égales, 2/3 des répondants déclarent privilégier la mixité. Depuis 2011, cette proportion poursuit une hausse continue, puisqu’ils sont désormais 25 % de plus à l’affirmer aujourd’hui qu’à cette époque.

 

La politique de mixité, se met progressivement en place

« La majorité des entreprises ayant répondu à notre enquête est consciente de l’importance de favoriser la mixité au sein de leurs équipes d’investissement. Par ailleurs, nombreuses sont celles qui constatent de réels bénéfices sur la performance et la gestion quotidienne de leur activité. La volonté de faire progresser la mixité est bien là. C’est un signal positif de plus, qui devrait se traduire à terme dans notre étude », précise Alexandra Dupont, Présidente du Club Invest avec Elles et Directrice Associée de Raise.

Ainsi, 56 % des sociétés interrogées affirment avoir un objectif de mixité au sein de leurs équipes d’investissement, soit une hausse de 5 points par rapport à 2016. Cependant, seulement 11 % d’entre elles l’ont chiffré. Concernant les 44 % qui n’ont pas cet objectif, 70 % indiquent la prévalence des compétences sur le critère de mixité.

De plus, 82 % des entreprises sont convaincues que l’interaction hommes/femmes au sein des équipes de gestion a des effets positifs sur leur activité. Celle-ci favorise notamment une plus grande performance des sociétés en portefeuille (+ 11 %) ainsi qu’une meilleure gestion des crises et conflits (+ 9 %), ce qui est confirmé par 67 % des répondants (vs 58 % en 2016).

Enfin, 29 % des Limited Partners utilisent cette mixité comme critère de Due Diligence, soit une progression de 16 % par rapport à 2016.

Découvrir également