Interview de Sophie Capelle, DRH chez APAX Partners et Laetitia Guetta, DRH chez ANDERA Partners et co-présidentes du club RH chez France Invest

Laetitia Guetta, DRH chez ANDERA Partners

Laetitia Guetta (LG) est DRH de ANDERA PARTNERS où elle a pour mission de développer l’offre de services RH et offrir aux équipes des prestations sur mesures et une expérience collaborateur riche tout au long de leur parcours professionnels chez Andera, sans distinction de niveau. Son expérience lui montre que le besoin est bien plus large et qu’il faut prendre en compte les évolutions du secteur d’activité.

Sophie Capelle (SC) est DRH chez APAX PARTNERS. Elle accompagne les projets stratégiques de l’entreprise au niveau RH et les managers dans leur gestion quotidienne. Elle contribue au recrutement de talents, à leur fidélisation et à la valorisation du capital humain. Elle est par ailleurs en charge de la politique RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) afin de développer performance, bien-être et satisfaction au travail pour les collaborateurs et dans les entreprises en participation.

Fortes de leurs expériences, Sophie et Laetitia sont aujourd’hui co-présidentes du club RH/Formation, créé début 2022 par France Invest. Elles ont pour mission d’animer une communauté de plus de 35 DRH, RRH et directeurs de la formation du secteur du capital-investissement.

Sophie Capelle, DRH chez APAX Partners

Suite à la pandémie mondiale, et à la normalisation du travail hybride, la fonction RH est (re)devenue un pilier essentiel dans l’entreprise. Quelle est votre vision actuelle de votre métier ?

LG : La fonction RH est un pilier essentiel dans les entreprises au niveau stratégique depuis longtemps. Il est vrai que la pandémie a révélé ce métier et son rôle indispensable dans les contextes changeants, de crise ou de transformation, à une plus large échelle. Depuis la pandémie, les directions RH sont plus enclines à accompagner le changement dans les équipes à un niveau de maillage beaucoup plus fin au sein de l’entreprise.

SC : La pandémie et les confinements ont remis l’humain au cœur de l’entreprise et la fonction RH a été indispensable pour accompagner équipes et managers dans ces périodes inédites et difficiles. Notre métier RH aujourd’hui est d’accompagner tous les changements dans l’organisation du travail et dans le rôle des managers et de veiller à la cohésion de l’équipe, de reconstruire ou consolider le collectif bousculé ces deux dernières années.

Avez-vous le sentiment que la fonction RH dans le secteur du capital-investissement est singulière ? Et pourquoi ?

LG : Le secteur du capital-investissement a été longtemps un secteur de niche. Cependant, ces deux dernières années, le marché mondial a connu une transformation sans précédent et plus récemment encore nous pouvons constater une évolution spécifique de notre secteur qui connait une concentration nouvelle. Le capital-investissement s’inscrit dans le changement en intégrant de nouveaux impératifs humains & financiers. D’un point de vue humain, les nouvelles exigences et formes de travail s’imposent également à notre secteur et nous nous devons de mettre place des politiques sociales favorisant l’équilibre personnel de nos collaborateurs qui recherchent des entreprises inspirantes tant au niveau professionnel, social que sociétal.

SC : La fonction RH a longtemps été utile dans les sociétés de gestion dans toutes ses dimensions paie et administration du personnel, qui sont bien sûr la base de la relation entre une entreprise et ses collaborateurs. Elle évolue depuis quelques années vers la dimension de développement RH (talent management en particulier) et se met au service des dirigeants pour accompagner la stratégie de croissance de l’entreprise.

Quelle est selon vous la prochaine révolution du secteur des RH ?

LG : Le secteur RH a connu plusieurs transformations ces 20 dernières années. Il y a d’abord eu la professionnalisation du métier qui pouvait se borner auparavant, assez souvent, à une fonction administration du personnel.  Puis la profession a pris le tournant de la digitalisation avec l’apparition sur le marché de multiples plateformes de gestion et de développement des ressources humaines. La prochaine révolution du métier est, à mon sens, celle de l’harmonisation entre le digital et l’humain de façon à répondre à la nouvelle donne culturelle (expérience collaborateur, travail à distance, diversité, mondialisation…).

SC : Elle tient très certainement à l’utilisation de la data RH dans le pilotage de la politique RH, dans la prédiction de certaines tendances, dans l’anticipation des missions à mener, à créer, à mettre en place dans nos entreprises.

Vous êtes toutes les deux co-présidentes du club RH/Formation, lancé début 2022 par France Invest. En quoi ce club est un levier formidable pour les DRH des membres de France Invest d’échange, de partage de bonnes pratiques et de réflexion sur vos fonctions ?

LG : La réponse se trouve déjà dans la question. Le secteur étant en train de professionnaliser la fonction RH et le club RH de France Invest est un outil formidable de partage, d’échange, et de réseautage. C’est l’un de ses objectifs premiers : permettre de créer un réseau pour des DRH du capital-investissement souvent isolés. Il s’agit également de donner les outils de lecture du capital-investissement à des DRH issus de secteurs variés et d’aider la fonction à grandir et à être reconnue à sa juste valeur pour accompagner le mieux possible nos entreprises.

SC : Les personnes en charge des RH dans les sociétés de gestion peuvent être seules à assurer cette fonction, voire parfois en plus d’une autre fonction. Ce club, par la diversité de taille et de stratégie d’investissement des sociétés qui en sont membres, est un collectif très riche en expériences et en pratiques différentes. Il donne aussi la possibilité à ces responsables de comprendre les codes de ce secteur quand ils l’ont rejoint depuis peu, et de partager leur expérience issue d’autres secteurs. En plus d’être un espace d’expression, le club se veut d’être concret : donner des repères, échanger des bonnes pratiques, construire des outils utiles quelle que soit la taille de son entreprise

Pour tout savoir sur le club RH/formation et le rejoindre, c’est ici.