Eduservices

Eduservices

Elargir la réflexion pour mieux croître

Entreprises familiales, questions de fonds

Découvrez les témoignages de dirigeants d’entreprises familiales qui ont ouvert une part minoritaire de leur capital à des fonds d’investissement. Pourquoi ont-ils franchi le pas ? Quels étaient leurs a priori sur les actionnaires financiers ? Comment vivent-ils aujourd’hui cette relation ? Perte de contrôle, perte de l’histoire familiale, niveau d’endettement élevé, densité des reportings, incertitude quant à la sortie des fonds, … Qu’en est-il réellement ? De toutes les régions de France, ils témoignent dans la série : Entreprises familiales, questions de fonds.

 

L’éducation en capital

Pour Nathalie Grassaud, Fondatrice du groupe Eduservices, la croissance de son entreprise n’aurait pas été la même sans l’ouverture de son capital à des fonds d’investissement. Ils ont notamment permis d’élargir la réflexion à un moment où des opportunités de croissance externe existaient. « Un investisseur professionnel ne va jamais empiéter sur votre savoir-faire et il va beaucoup nous professionnaliser » tout en apportant une vision globale du marché, ce qui est un accélérateur de compétences. Il apporte tous les aspects : financiers, commerciaux, RH, juridiques,… ce qui rend plus solide. Mais faire appel à des fonds nécessite une expertise à acquérir qui prend beaucoup de temps. Il est utile d’être bien entouré, d’un avocat d’affaires et éventuellement d’un banquier d’affaires. Être aujourd’hui accompagné par un fonds n’interdit pas de redevenir une entreprise 100% familiale.

 

load

Connectez-vous à votre espace

Mot de passe oublié ?